Muriel Charon

La Villa Balat, chambres d'hôtes d'exception

"Un lieu d’exception, hors du temps. Cette maison respire la sérénité, la quiétude, elle est presque magique... Et ça, je n’y suis pour rien..."


Qui suis-je ?

Un chiffre fétiche qui rythme ma vie : le 3

 

3 verbes :

  • Apprendre c’est mon pain quotidien.
  • Partager : c’est inné, naturel, j’ai presque envie de dire instinctif chez moi.
  • Oser : c’est moi côté « Bélier » : fonce toujours, tombe parfois, mais se relève toujours

3 qualificatifs :

  • Distraite : c’est ce qui me rend aussi amusante finalement !
  • Imprévisible : mais dans le bon sens du terme : avec des idées ou des projets improbables et c’est tant mieux !
  • Têtue : c’est ce qui embête le plus mon mari mais finalement pas tant que cela vu que nous fêtons nos 25 ans de mariage cette année !

3 couleurs :

  • Le rouge (ou rose) et le vert : ce sont des couleurs complémentaires. Un bouquet de roses et je craque !
  • Le blanc il n’est le mélange d’aucune couleur, c’est la page blanche à partir de laquelle tout est possible, c’est la couleur de la pureté.

Originaire de la région carolorégienne, je le précise, car les préjugés restent trop présents, j’ai grandi et fait mes études dans la région thudinienne, ou le folklore, les traditions sont très présents. Enfant j’étais timide, plutôt garçon manqué, très à l’aise avec les animaux, en symbiose avec la nature, au paradis avec 3 crayons de couleurs et une feuille de papier. Un côté sportif que j’aurais tant aimer développer mais qui s’est limité à 10 ans de danse classique et des évasions à travers champs avec mon vélo : un « shopper américain » hérité de mon cousin et dont j’étais très fière ! On me disait douée pour le dessin mais ce don s’est limité à quelques croquis dans les carnets de poésie, les autocollants pour les classes de neige et le calendrier de la paroisse... Ado, je passais une partie de mes congés à la Mer du Nord, à animer des camps de vacances pour des enfants issus de milieux plutôt défavorisés. Les week-ends je travaillais dans une boulangerie à raison de 2,5 € de l’heure...

 

A 18 ans, je m’inscris en « COMU », me voilà embarquée à l’UCL dans un kot de 8 avec 7 mecs... Ce fut franchement une très belle expérience de kot communautaire et des souvenirs inoubliables. Après ma licence, pas convaincue par ce diplôme de « généraliste de la communication », je décide de poursuivre avec une année supplémentaire en Sciences Politiques et Relations Internationales », j’en profite pour faire l’Agrégation. Pour cette année supplémentaire, je réalise mon premier crédit : un « prêt étudiant ». En effet, mes licences étant terminées, je n’avais plus droit à la bourse dont je bénéficiais.

 

Entre les deux, je casse ma tirelire pour un petit break de 3 semaines en Haïti avec un camp chantier scout qui laissera des traces indélébiles, notamment une maladie, guérie depuis. Ma carrière professionnelle débute assez mal au Ministère des Finances : je me découvre 3 «tares»:  femme, francophone, rebelle. J’irai jusqu’à trouver le Ministre Maystadt en personne pour lui dire combien j’étais outrée de manière dont les services étaient gérés et le travail réparti ... Une de mes chefs de service restera néanmoins une merveilleuse amie. Le soir, je m’évade en suivant des cours du soir en dessin aux Beaux-Arts à Bruxelles.

 

Je « sacrifie » tous mes congés pour suivre une formation de déléguée médicale, je dois fuir au plus vite les services publics où j’étouffe. J’exercerai ce métier plus de 15 ans auprès de trois sociétés : une américaine, une néerlandophone, une japonaise. J’apprends, je partage, je découvre, je construis ... Dès que j’en ai l’occasion je poursuis des stages de peinture, dessin, aquarelle ... tout est bon pour autant que j’apprenne et que j’évolue, juste un peu dans le domaine artistique.

 

Ces stages se font rares, les enfants me prennent beaucoup de temps et je prends à cœur les problèmes de dyslexie de ma fille. Je suis révoltée contre le système scolaire, ignorant, ridicule, fermé. J’entreprends de nombreuses démarches à ce sujet et de nouveau, j’apprends beaucoup. Aujourd’hui, je suis fière du parcours de Zoé, et de son frère, Brieuc. Mes enfants sont pour moi source d’énergie incroyable, grâce à eux, pendant près de cinq ans je ferai partie du staff de l’unité scoute dont ils font partie. Que de bons moments et de fous rires en l’occurrence...

 

En 2006, c’est avec beaucoup d’enthousiasme et probablement de naïveté que je me lance dans les élections communales, convaincue qu’en politique les femmes sont des hommes comme les autres ... Contre toute attente, je suis élue conseillère communale. L’opposition m’amuse. Aux élections suivantes nous passons dans la majorité. La majorité m’ennuie, je ne veux pas être un mouton de panurge, après 2 ans je démissionne.

 

En même temps j’ouvre le premier gîte citadin de Namur en 2009 avec le soutien mon mari, Bernard, rencontré au camp Scout en 89.

Trois ans plus tard, il m’encourage à en ouvrir deux autres gîtes à Fosses. Trois ans après, Bernard agrandit ses bureaux, je supervise le chantier, j’en profite pour y installer un petit atelier de peinture.

 

Je suis toujours déléguée commerciale mais je sens que » j’ai fait le tour », le métier ne m’amuse plus. Je suis engagée comme Corporate Officer à la Louvain School of Management. Grosse déception, je décide de retourner à l’école, pour apprendre et surtout me rapprocher du domaine artistique : 3 ans de restauration de tableau à l’Ifapme en cours de jour, à la fin de cette formation une magnifique maison vient à nous, presque par hasard , c’est un bijou, presque inaccessible, un rêve pour beaucoup : en 5 mois on vend 3 autres biens afin de l’acquérir, on réalise les travaux, on déménage, on est fou, personne n’y croit, sauf nous peut- être ... 3 chambres d’hôtes dédiées à 3 artistes, un nouveau projet, un nouveau challenge. Nos enfants, Brieuc & Zoé sont grands, ce rêve est arrivé au bon moment ... « La Villa Balat » ouvre ses portes fin 2016. Bernard m’avait donné 6 mois, j’ai atteint l’objectif avec un mois d’avance !

Mes rêves


Contactez-moi

Muriel Charon

La Villa Balat

0473 305 500

 

 

Quai de Meuse 39

5100 Namur